21 juillet 2006

Les Bains du Gouverneur - Hot Spring Water - **

Un établissement datant de l’époque japonaise où l’on peut barboter dans les bassins de pierre en admirant le paysage, entre mer et montagne.


Taiwan est connue pour ses sources thermales. L’île en compte plus d’une centaine, froides, chaudes, en bord de mer ou en montagne, toutes d’excellente qualité et aux vertus variées.

Celles de Jinshan, au nord de Taipei ont été découvertes à la suite du puissant tremblement de terre qui secoua la région en 1867 et dévasta le village de pêcheurs qui s’y trouvait.

Ce sont les Japonais, grands amateurs de bains— ou onsen en japonais —, qui aménagèrent ceux de Jinshan, en 1911, derrière le temple de Matsu. Ces bains publics rudimentaires furent connus par la suite sous le nom de « Vieux onsen ». En mai 1938, le gouverneur général japonais de Taiwan décida de construire à Shuiwei, le port de pêche de Jinshan, de nouveaux bains destinés aux fonctionnaires du gouvernement colonial et aux notables. La ville de Taipei déboursa ainsi 30 000 yens pour faire bâtir un édifice en brique de deux étages qui fut terminé en septembre de l’année suivante.
Posted by Picasa

Une source très officielle
Plusieurs gouverneurs généraux japonais fréquentèrent ces bains, parmi lesquels Seizo Kobayashi, Kiyoshi Hasegawa et Rikichi Ando, des militaires. Les bains de Jinshan qu’ils fréquentaient avec assiduité étaient communément appelés « Onsen du gouverneur général. »

Beitou, en banlieue de Taipei, était déjà connue pour ses sources d’eau chaude, mais la qualité exceptionnelle de l’eau de Jinshan attirait la classe dirigeante. A cette époque, il n’y avait que deux façons d’atteindre Jinshan depuis Taipei : soit on suivait la route utilisée par les pêcheurs, soit on prenait le train jusqu’à Keelung et, de là, le bateau jusqu’au petit port tout proche de Shuiwei. Le reste du trajet se faisait à pied.
Posted by Picasa

Des briques de camouflage
La construction des bains démarra après l’invasion de la Chine par le Japon avec des briques aux couleurs de camouflage pour tromper les bombardiers américains en cas d’attaque aérienne. Bien que leur production ait commencé plusieurs années auparavant, on les retrouve souvent dans les édifices bâtis au début des années 40. De couleur vert clair, beige et brune, elles étaient spécialement produites à Beitou et connues sous le nom de « briques à 13 cannelures » à cause de leur surface striée qui en réduisait le caractère réfléchissant, et du coup rendait le bâtiment moins visible depuis le ciel.

Ces briques ont servi à la construction de plusieurs édifices datant de l’époque japonaise, dont la mairie de Taihoku (l’actuelle Salle Zhongshan), le lycée de Taihoku (qui abrite aujourd’hui l’université nationale normale de Taiwan) et l’université impériale de Taihoku (aujourd’hui l’université nationale de Taiwan) qui ont d’ailleurs tous été dessinés par Kaoru Ide, l’architecte du gouvernorat général, qui préconisait l’emploi d’un style architectural s’harmonisant avec la culture locale. Il est donc fort probable que celui-ci ait aussi eu un rôle dans la conception des bains de Jinshan.
Posted by Picasa
Situé dans un cadre magnifique et offrant une eau d’une qualité exceptionnelle, l'onsen devint un rendez-vous favori de l’élite. Le mode de vie luxueux dont jouissaient ces baigneurs privilégiés tranchait vivement avec celui des pêcheurs des alentours.

Renouveau romantique
Les Japonais vaincus quittèrent Taiwan en 1945. Lorsque le gouvernement de la République de Chine se réfugia dans l’île, des centaines de milliers de soldats et civils affluèrent du continent. Les bains publics furent réquisitionnés. On remblaya les bassins pour transformer les lieux en campement militaire.

Des années plus tard, lorsque les troupes déménagèrent, le bâtiment fut abandonné et pillé. Tout ce qui était en bois de cyprès, comme les parquets, la toiture, ainsi que les rebords des fenêtres, fut arraché. Ne resta bientôt que la structure en ciment qui fut rapidement envahi par les herbes folles. Le site changea plusieurs fois de propriétaires pour être finalement transformé en logements sociaux. Le souvenir des bains luxueux s’effaça peu à peu, à tel point que les jeunes habitants de Jinshan ne savaient même pas qu’ils avaient existé.
Posted by Picasa
Il y a quatre ans, Liu Hsin-hsiung, qui dirige depuis plus de trente ans une société d’exportation d’outillages, apprit par des amis qu’il y avait une source d’eau chaude près de la plage de Jinshan. Un jour de congé, piqué par la curiosité, il partit explorer les lieux. S’il ne trouva que des roseaux, Liu Hsin-hsiung fut néanmoins impressionné par la beauté du site. Cela ne suffit pas cependant à le convaincre de l’existence de onsen. L’industriel interrogea alors les anciens du village qui lui en confirmèrent l’existence. Ils lui racontèrent aussi qu’un film adapté d’une œuvre de Chiung Yao — un auteur de romans à l’eau de rose — avait été tourné autrefois sur ces lieux. Il se rendit au studio qui conservait le film et demanda à consulter les archives. « C’était probablement la première fois qu’ils rencontraient un fan de Chiung Yao. Ils n’arrêtaient pas de me demander pourquoi je voulais voir ces rushes,» raconte-t-il timidement.

Liu Hsin-hsiung versa 40 millions de dollars taiwanais pour acheter l’ancien onsen, qu’il se proposait de transformer en un lieu de rencontre pour le personnel de sa société. L’homme d’affaires, qui voyage beaucoup à l’étranger, trouve que, sur le plan architectural, Taiwan manque de caractère. Aussi décida-t-il de restaurer les bains afin de leur rendre leur gloire passée. Il recruta Cheng Hui-chi, un professionnel de l’industrie des loisirs, pour prendre les rennes des futurs bains, et les travaux de restauration commencèrent. L’idée suscita immédiatement l’intérêt des habitants de Jinshan, mais aussi des touristes, à tel point que Liu Hsin-hsiung résolut d’ouvrir les anciens bains au public. Comme il existait déjà un établissement qui portait le nom d’« Anciens bains de Jinshan », il baptisa l’endroit « Anciennes sources chaudes du gouverneur général ».
Posted by Picasa
Des eaux dorées
Du bois de cyprès a été utilisé pour les portes, les rebords des fenêtres et les mains courantes afin de recréer l’atmosphère originelle, explique Cheng Hui-chi. Les billets d’entrée sont aujourd’hui vendus dans l’ancienne maison du gardien et le bassin de pierre qui se trouve au rez-de-chaussée, le plus luxueux, est appelé « Bain du gouverneur ».

Le plus gros problème fut de trouver des briques identiques à celles d’origine pour réparer la façade. « Je me suis tout d’un coup souvenu qu’un de mes amis, qui est céramiste, avait acheté un lot de vieilles briques à une usine qui avait fermé. Et c’était exactement le modèle que nous cherchions. » Les briques avaient une belle patine, mais comme elles avaient été fabriquées à la main, elles étaient de forme irrégulière. Aussi a-t-il fallu les poncer une par une avant de pouvoir les utiliser. Les ouvriers se plaignaient que leur patron était « trop radin pour acheter des briques neuves », se souvient avec amusement Cheng Hui-chi.

Finalement, après plus d’une année de travaux, l’unique établissement thermal de Taiwan proposant une eau aux cristaux de sel gemme rouvrit ses portes. Selon la législation, seule les sources dont la température dépasse 30°C et dont l’eau présente une concentration minimale d’un ou plusieurs minéraux, peut être exploitée comme « source chaude ». L’eau des Bains du gouverneur général atteint 53°C et contient du sodium, du magnésium, du calcium, ainsi que du fluor et du bromure, qui sont des éléments halogènes, de même que des ions de chlore et de sulfate, et ceci dans une concentration 20 fois supérieure au niveau minimum requis. Selon Liu Hsin-hsiung, nulle autre source à Taiwan n’est aussi riche en minéraux. Comme elle contient également du fer qui en s’oxydant donne à l’eau une couleur jaunâtre, l’endroit est aussi connu sous le nom de « Source dorée ».
Posted by Picasa
A l’extérieur se trouvent deux bassins. L’un d’eux, dans le jardin, fait face à l’océan. En été, il se remplit de l’eau fraîche des montagnes. Au deuxième étage du bâtiment principal ont été installés des bassins luxueux avec des bains bouillonnants et vue sur le promontoire de Yeliu. Le deuxième étage, réservé aux femmes, offre une vue sur le parc national de Yangminshan et la côte. De nuit, on peut observer les lumières des bateaux de pêche au large.

Après s’être prélassés longuement dans l’eau chaude, les baigneurs peuvent rester sur place pour se restaurer. Si le nord de l’île compte quantité de sources chaudes, parfois plus connues que celles de Jinshan, les eaux revigorantes et la beauté de l'onsen du gouverneur valent largement le détour.

  Posted by Picasa

PAGERANK GRATUIT: Le google pagerank c'est pagerank gratuit !

3 commentaires:

Ronan Jimson a dit…

hey Chris, I like your blog and I want to exchange your blog link with my link,
my blog is Arts Collections .
pls feedback to me.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Good Google Link About Arts

Patrick a dit…

Bonjour Chris :)

Superbe article ! La dernière partie sur l'histoire du site remis à neuf est un régal !

Franchement, Taiwan me manque encore plus maintenant !

laurent a dit…

hello! les photos sur les bains de jinhsan me font pensées au bains qui ce trouve sur green island où nous étions allées miranda et moi au bord de mer c'était vraiment très original.

Ratings and Recommendations by outbrain