12 décembre 2008

Les élèves asiatiques sont les meilleurs en mathématiques et en sciences.

Rien ne semble pouvoir ébranler la suprématie des élèves asiatiques en mathématiques et en sciences. La quatrième édition de l'enquête TIMSS et rendue publique mardi 9 décembre, les place une fois de plus en tête : les écoliers de Hongkong, Singapour et Taïwan dominent en mathématiques tandis les collégiens de Singapour, Taïwan, du Japon et de la Corée du Sud obtiennent les meilleurs scores en sciences.

L'enquête a testé 425 000 élèves à deux niveaux de scolarité : les enfants du 4e grade (équivalent de notre CM1) dans 36 pays et les jeunes du 8e grade (équivalent de la classe de 4e) dans 48 pays. Même aux Etats-Unis, où l'enquête distingue les résultats par origine ethnique, les enfants d'origine asiatique obtiennent des scores très supérieurs à la moyenne des enfants américains. Les Etats-Unis, qui scrutent ces résultats avec beaucoup d'attention, enregistrent des progrès en mathématiques mais stagnent en sciences.


Ce classement s'avère en revanche très défavorable pour le Yémen, ainsi que pour les pays du Golfe comme le Qatar et le Koweït, l'Arabie saoudite, tant en maths qu'en sciences. La France, qui a participé en 1995 à la première édition de l'étude au niveau collège, s'est retirée depuis. Elle se classait favorablement en maths mais médiocrement en sciences.
"FACTEUR LANGAGIER"
Comment expliquer de tels résultats, qui recoupent de surcroît les bons scores obtenus par les élèves asiatiques dans les enquêtes PISA (Programme for International Student Assessment) menées auprès des élèves de 15 ans dans 57 pays ? "Il n'est pas étonnant de retrouver en tête de palmarès les pays d'Asie", estime Rémi Brissiaud, maître de conférences en psychologie cognitive à l'université de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), pour qui ces systèmes éducatifs doivent leur succès non pas à des raisons culturelles mais à la langue.

"En chinois, coréen ou japonais, on détache les dizaines en disant par exemple dix et un, dix et deux." Ce "facteur langagier" permet aux enfants de décomposer les nombres et de compter ainsi plus vite mentalement. Comment expliquer sinon que, selon les études internationales, les enfants japonais de trois ans sont en retard par rapport aux anglophones mais les dépassent largement à l'âge de sept ans ? En fin de CP, les enfants asiatiques disposent alors d'une année et demie d'avance en terme scolaire.

En terme de progression, c'est le Royaume-Uni qui réalise, avant Hongkong, la plus belle performance en maths tant auprès des enfants de 10 ans que de ceux de 14 ans entre 1995 et 2007. L'explication serait cette fois à chercher dans la réforme des programmes de l'école primaire opérée au milieu des années 1990, rénovation qui a fait la part belle au calcul mental. En sciences, les écoliers de Singapour affichent les progrès les plus remarquables.

Brigitte Perucca (Le Monde.fr)

page rank




12 novembre 2008

L'ex-président taïwanais menottes aux poignets !!

L'ex-président taïwanais arrêté sur des soupçons de corruption.

L'ancien président taïwanais Chen Shui-bian, qui a quitté ses fonctions en mai, a été arrêté mardi dans le cadre d'une enquête pour des faits présumés de corruption, selon des sources officielles.


"M. Chen a été arrêté et nous avons avons demandé une autorisation à un tribunal de Taipei pour le placer en détention", a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Si le placement en détention de Chen Shui-bian est autorisé, il sera le premier ex-président taïwanais à être détenu.
Une enquête pour des faits présumés de corruption avait été ouverte en mai contre l'ancien président taïwanais qui avait quitté ses fonctions peu avant, perdant du même coup son immunité.

M. Chen, les bras en l'air à la sortie du bureau du juge, pour montrer ses mains menottées, a crié à la "persécution politique".

Ces images spectaculaires tirées de la télévision taiwanaise le montrent menottes aux poignets. (voir la vidéo).



Avant d'être entendu par le juge, l'ex-président avait accusé le parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT), de le persécuter, sous la pression de Pékin, pour lui faire payer la campagne menée par son ancien parti, le Parti démocrate-progressiste (DPP) indépendantiste, contre la récente visite d'un représentant chinois.

L'émissaire de Pékin, "Chen Yunlin a été malmené à Taïwan...donc (le président taïwanais) Ma Ying-jeou veut me mettre en prison pour apaiser la Chine. Je suis très flatté et fier de jouer un tel rôle", a déclaré M. Chen.

Des manifestations de protestation contre la venue de l'émissaire chinois ont eu lieu la semaine dernière à Taïwan, et de violents heurts se sont produits entre forces de l'ordre et manifestants, faisant plus de 60 blessés chez les policiers.

Le président Chen élu en 2000 puis réélu en 2004 avait quitté la scène politique affaibli par des scandales de corruption à répétition ayant touché jusqu'à son épouse.

L'ex-président a été désigné comme suspect en 2006 dans une vaste enquête sur le détournement présumé de 14,8 millions de dollars taïwanais (environ 345.000 euros) de fonds publics mais avait jusqu'alors été épargné du fait de son immunité. Son épouse est également poursuivie dans la même affaire.


M. Chen a admis avoir utilisé de faux reçus pour obtenir des fonds publics mais a assuré que cet argent était destiné à des "missions diplomatiques secrètes" et non à son enrichissement personnel.

Les enquêteurs taïwanais ont indiqué que 21 millions de dollars américains avaient été versés en 2007 sur un compte suisse appartenant à la belle-fille de l'ex-président. Ces fonds ont été gelés.

(©AFP / 11 novembre 2008 10h20)

page rank




05 octobre 2008

TPS Radio, la première webradio francophone de Taiwan !!


Source Taiwan Mag du 5 octobre 2008

Taipei Soir on connait, mais ca "vivotait", souvent "hors-ligne" avec des annonces que la nouvelle version sera en ligne le x mois ... Aujourd'hui, TPS a mué en webradio.
Jérôme, un francais très attaché à Taiwan, lance la première webradio francophone de Taiwan.
Des programmes de musiques, des directs, des émissions spéciales, ils lanceront également un appel à candidature pour les personnes désirant animer une émission ou une rubrique sur l'antenne. Bref, TPS Radio a la possibilité d'éclater sur la scène web-radiophonique taiwanaise.

Je lui souhaite toute la réussite possible et je suis très heureux de vous présenter la nouvelle mouture de TPS Radio, la première webradio francophone de Taiwan : http://www.tpsradio.biz




Longue vie à TPS et branchez vous en live !! cliquez ici
page rank



28 septembre 2008

Et encore un Typhon sur Taiwan !!!

En ce moment c'est la galère un toutes les semaines..... et le weekend de surcroit, donc il faut rester chez soi, aujourd'hui dimanche le Gouvernement à décrété "day off" pour ceux qui travaillent les dimanches.
Il se nomme JANGMI.
Au fait c'est quoi un typhon ?? C'est le nom que l'on donne aux cyclones en Asie du sud-est, baptisé ouragan dans l'Océan indien et aux Antilles. Particulièrement violent, ce système orageux composé de bandes de nuages d'orages se forme en spirale au-dessus de la mer. ...



Dernières nouvelles : (source Taiwan Info)

Le typhon Jangmi fait au moins deux morts
Mardi 30 septembre 2008
Piétons déstabilisés par une rafale de vent lors du passage du typhon Jangmi

Le typhon Jangmi, qui a balayé l’île dimanche et lundi, a fait 2 morts, 2 disparus et 61 blessés, selon un bilan provisoire du Centre de coordination des secours. Les dégâts causés par les vents puissants et les pluies torrentielles ont toutefois été moins importants que ne laissait craindre la force du typhon, le troisième à s’abattre sur Taiwan en un mois.Jangmi est arrivé sur l’île par le district de Yilan dimanche après-midi, traversant ensuite le nord-est de l’île avec des rafales soufflant jusqu’à 224,6 km/h et des pluies abondantes. Hier à 17h30, à l’heure où l’office central de la Météorologie levait l’alerte terrestre, il était tombé 836 mm à Taipei, et jusqu’à 1129 mm à Yilan.Les effets du typhon se sont fait sentir sur toute l’île, où de nombreuses routes ont été bloquées du fait de glissements de terrain et de chutes d’arbres et de pierres. Parmi les blessés recensés figurent les passagers d’un bus reliant Yilan à Taipei, qu’une rafale a renversé.

Toutefois, les autorités ont limité les risques en fermant à la circulation 36 ponts jugés dangereux. Les coupures d’électricité ont touché plus d’un million de foyers, dont 100 000 étaient toujours privés de courant hier soir. Les liaisons ferroviaires et le service du train à grande vitesse ont été interrompus dimanche après-midi et rétablis progressivement lundi après-midi. L’essentiel des vols aériens a également été suspendu. Le ministère de l’Agriculture a estimé hier à 318 millions de dollars taiwanais les pertes agricoles, les productions les plus touchées étant le riz, les fruits comme les kiwis et les bananes, et les légumes verts.Rétrogradé en tempête tropicale, Jangmi se situait ce matin au nord-est des côtes de Taiwan, s’éloignant vers le Japon.

Quelques vidéos assez impressionnantes concernant le typhon JANGMI sur ce site :

cliquez ici



page rank




17 septembre 2008

Fête de la Mi-automne ou Fête de la lune 中秋节 (zhongqiujie). à Taiwan !!

La fête de la Mi-Automne arrive en Chine le 15 du 8e mois lunaire (environ en octobre).

Cette année la fête tombait dimanche 14 septembre, mais malheureusement Taiwan subissait de plein fouet un typhon qui a fait pas de dégats.


Bon !! Un peu d'histoire :
Elle remonte très loin dans l'histoire de l'empire du milieu. En Chine antique, il y avait le système d'hommage au soleil au printemps et à la lune en automne. Dans les documents de la dynastie des Zhou (environ 11e siècle-256 avant notre ère), on peut trouver des inscriptions sur la « mi-automne.
L'origine cette fête? Selon des légendes, dans la haute antiquité, il y avait dix soleils dans le ciel. La chaleur torride détruisit les jeunes pousses de céréales et le peuple croupissait dans la misère Un héros herculéen du nom de Hou Yi monta au sommet du mont Kunlun. Il tira à l'arc neuf soleils et ordonna au dernier soleil de se lever et de descendre régulièrement tous les jours. Grâce à ses exploits héroïques, le peuple commença à mener une vie heureuse, le respectait et lui vouait une affection respectueuse. Beaucoup de gens venaient le reconnaître pour maître. Peng Meng en était un.

La belle femme de Hou Yi s'appelait Chang E. Un jour, Hou Yi alla au mont Kunlun pour visiter son ami. En route, il rencontra l'impératrice Wang céleste. Cette dernière lui donna un sachet de remède miraculeux en lui disant qu'après avoir pris ce remède, on pourrait devenir immortel. Hou Yi refusa de se séparer de sa femme et lui remit le remède. Chang E cacha le remède dans une boîte, mais Peng Meng s'en aperçu.

Un jour, Hou Yi sortit de la maison. Profitant de cette occasion, Peng Meng, une épée dans la main, força Chang E à lui donner le remède. Face à la menace, Chang E n'avait d'autres choix que d'avaler le remède. Résultat, elle s'envola et et rejoignit la lune tandis que Peng Meng s'enfuit.

En rentrant chez lui, Hou Yi se prolongea dans une affliction extrêmement profonde. Il cria sans cesse au ciel le nom de sa femme. Puis, il aperçut étonnamment que ce soir la lune était particulièrement claire et brillante et qu'il y avait une silhouette ressemblant à Chang E qui remuait dans la lune. Il courut de toutes ses forces après la lune, mais ne put l'attraper.
Hou Yi pensait à sa femme tous les jours surtout dans la nuit. Il installa dans le jardin derrière la maison une table à encens sur laquelle il mit des sucreries et des fruits que Chang E aimait manger, pour exprimer la nostalgie de sa femme dans la lune. Après avoir appris cet événement, les villageois mirent aussi en place une table à encens pour prier Chang E de bénir leur bon augure et leur bonheur. Dès lors, présenter ses vœux à la lune en mi-automne est devenu une coutume populaire qui s'est transmise jusqu à nos jours.

présent, admirer la pleine lune et manger des gâteaux de lune sont les principales traditions de cette fête.
La fête de la Mi-Automne tombe le 15 du 8e mois lunaire, en saison d'automne lorsque les cultures sont moissonnées, les fruits sont mûres et le temps est agréable. Lors de la fête, les membres de la famille ou les amis se réunissent à une table placée dans une cour pour admirer la lune lumineuse, en bavardant et en dégustant des gâteaux et des fruits. Dans les sites pittoresques, les activités de fête sont plus riches et variées. Les Yuebing 月饼 (gâteaux de lune)





page rank

08 septembre 2008

Compter en Chinois !!!!

Il est temps pour vous d'apprendre à compter en mandarin, la langue officielle de Taiwan. Normalement, un Chinois est capable de compter jusqu'à 10 avec une seule main. Selon les régions les signes peuvent changer.

A vous de jouer ! En 2 minutes avec la vidéo, vous saurez compter jusqu'à 10 en Chinois ! Enfin peut-être...



url au cas ou cela ne marche pas cliquez ici
et n'oubliez pas que l'on compte ici avec qu'une main, l'autre ne sert à rien contrairement chez nous.
page rank

27 août 2008

Bravo les caméras à Taiwan !!!



C'est vraiment du n'importe quoi !!
Je viens de recevoir une amende de 1.200 nt$ (27 euros) avec photo à l'appui, datant du 17 avril 2008 à 18h06, comme quoi j'aurais jeté ma cigarette par la fenêtre de ma voiture.
Je ne conteste pas, c'est bien mon bras et ma voiture.. mais ! si je ne paie pas dans le mois l'amende est portée à 6.000 nt$ (soit 130 euros) c'est vraiment abusif.
Ce qui me gène le plus, c'est qu'ici la moitié (et je suis modeste) des conducteurs passent au feux rouges, conduisent comme des pieds surtout sur le freeway et, le comble c'est qu'aucunes règles du semblant code de la route ne sont respectées.
Je suis en colère car l'on vient me chercher la petite bête pour une cigarette, alors que de ne pas respecter le code de la route est beaucoup plus dangereux.
Vive les caméras de Taiwan !!!
Attention l'oeil de Bouddah vous surveille ;o) .......


Pris en flagrant délit le 14 Avril 2008 à Taoyuan county.

En cherchant bien l'on arrive à tout sur Internet, un article du China Post, journal Taiwanais en Anglais du 31 janvier 2008 avait comme titre " Littering to be fined NT$6,000 in Taipei County " le lien de l'article en Anglais et la traduction de l'article en Français ci-dessous :
TAIPEI - (Taiwan) - Tous déchets abandonnés dans le comté de Taipei sera condamné par une amende jusqu'à 6000 $ NT après que le comté a décidé d'appliquer plus strictement les règlements d'élimination des déchets au début de l'année.
La gestion des déchets solides prévoit des amendes entre 1200 NT $ et 6000 NT $ pour les déchets, qu'il s'agisse de dumping, des mégots de cigarettes ou des déchets dans la rue. Le comté de Taipei gouvernement a décidé au début de l'année, toutefois, d'imposer l'amende maximale de 6000 NT $ pour chaque infraction.

Selon le comté de Taipei au Bureau de la protection de l'environnement, le public a signalé 67 cas des déchets abandonnés au cours du dernier mois, avec notamment quelques conseils "preuves solides" tels que des photos des délinquants jetant leurs mégots dans la rue.

Les fonctionnaires du Bureau ont déclarés, toutefois, qu'aucunes des amendes ont été émises comme des délinquants, et ont donnés un délai de grâce pour expliquer leur comportement. Ceux qui ne peuvent fournir une explication raisonnable ou ne le font pas dans le délai autorisé seront condamnés à une amende du montant maximal.

Pour encourager le public à aider, et a prévenir de tels actes, les personnes qui rapportent, des exemples de déchets avec des preuves concrètes au bureau via Internet ou par fax sont éligibles pour un NT 3000 $ (75 euros) de récompense, par le bureau des fonctionnaires.


Vive la délation !!!! comme quoi la révolution culturelle en Chine... c'etait vraiment propre a leur culture !!!... un peu comme Vichy chez nous......

page rank

20 août 2008

Le scandale Chen Shui-Bian !!!! 陳水扁

Chen Shui-Bian, ancien maire de Taipei et ancien président de la Républiqe de Chine durant deux mandats aurait détourné des sommes d'argent (20 millions d'US$) issues des fonds spéciaux alloués pour ses dépenses professionnelles lorsqu'il était maire et président.


Cette somme de 20 millions d'USD aurait été envoyé sur des comptes bancaires suisses et singapouriens appartenant au plus jeune fils de Chen Shui-Bian, à sa femme et au frère ainé de Wu Shu-Jen, l'épouse de Chen Shui-Bian.Le scandale a éclaté grace à la justice suisse qui est entrain d'enquêter un possible détournement de fonds impliquant le fils et sa femme.Chen Shui-Bian a reconnu que sa femme a dépose des sommes d'argent sur ces comptes suisses, mais l'épouse dit que c'est de l'argent obtenu légalement.

Le jeune fils et sa femme, impliqués dans l'affaire, sont aux Etats-Unis, pays dans lequel le fils poursuit des études d'avocat, comme son père. La justice taiwanaise a demandé leur retour à Taiwan. Le fils ne s'est pas présenté à ses cours à l'université, et la justice taiwanaise ne sait pas où ils se trouvent actuellement.Hier, le frère ainé de l'épouse de Chen Shui-Bian a admis avoir fait des transactions financières via des moyens détournés, "underground", pour le compte de sa soeur.

Les enquêteurs lui ont demandé pourquoi avoir utilisé des moyens détournés alors que la soeur dit que l'argent a été obtenu légalement ?

La fille de Chen Shui-Bian, qui semble ne pas être impliqué, a déclaré aux reporters que son père n'est pas le seul coupable. Elle accuse d'autres politiciens du DPP, des élus du DPP dont Franck Hsieh (ex-candidat DPP à la présidentielle de cette année et ancien maire de Kaohsiung) Su Tseng-chang (ancien premier ministre et co-listier de Hsieh) et l'actuel maire de Kaohsiung, Chen Chu, d'avoir profité de sommes d'argent donné par son père pour couvrir les frais des différentes élections.


Enfin, Yeh Sheng-Mao, ancien directeur du MJIB (Ministry of Justice's Investigation Bureau, équivalent du FBI américain) aurait plus ou moins étouffé l'affaire lorsque la justice suisse l'a contacté début janvier 2008. Yeh a démissioné de son poste lorsque le KMT a pris le pouvoir et il est aujourd'hui à la retraite.

Affaire à suivre ...


(source forum TaiwanMag du 19/08/2008) http://www.taiwanmag.net/


page rank

20 juillet 2008

Un 14 juillet pas comme les autres !!

China Post du dimanche 13 juillet 2008

La vidéo en 3 parties de ce moment si agréable !!

Partie 1
Partie 2
Partie 3


Le 12 juillet pour des raisons de calendrier était organisé notre fameux 14 juillet.
Ce French Bastille Day fut célébré à Taipei city au Huashan Cultural Center et organisé par notre Association, au son de notre Marseillaise qui fût chantée par un barython Taiwanais..

Devant l'absence d'organisation similaire pour des raisons budgetaires de notre Institut Français à Taipei ( qui rappelons le fait office d'Ambassade et de Consulat, car nous n'avons pas de relations diplomatiques entre la France et Taiwan ) l'Association s'est acharnée à organiser cette cérémonie qui rassembla un peu plus de 600 personnes.
Le Groupe CALENTICO ainsi que divers autres shows comme la démonstration de danse etc.. et le DJ entraina tous les Francophones et Taiwanais dans diverses danses jusqu'a une heure avancée de la nuit.

A l'année prochaine et comme le dit si bien le Président de l'Association, nous avons le cap des 1000 personnes à dépasser.

Un grand MERCI à nos sponsors qui sans eux cette manifestation n'aurait pas eû lieu de la même façon.

page rank

04 juillet 2008

Premier vol régulier entre la Chine et Taïwan !!

Le premier vol direct régulier entre la Chine et Taïwan depuis 1949 s'est posé vendredi à Taïpei, symbolisant le réchauffement des relations entre l'île nationaliste et le continent après des décennies de tensions.

Blocked AdL'Airbus A330 de la compagnie China Southern Airlines en provenance de Canton (sud) a atterri à 08H05 locales (00H05 GMT) à l'aéroport de Taoyuan avec 258 passagers à son bord, dont une centaine de touristes chinois, après un vol d'une heure et 40 minutes, a constaté une journaliste de l'AFP.


Un deuxième vol de la compagnie Xiamen Airlines s'est posé une demie heure plus tard à Taipei avec 202 passagers dont 109 touristes chinois. Depuis 2003, seuls quelques vols, à l'occasion de fêtes nationales, avaient été jusque-là autorisés.

L'établissement de vols réguliers, annoncée le 13 juin à Pékin, concrétise une promesse de campagne du nouveau président de Taïwan, Ma Ying-jeou, partisan d'un rapprochement avec la Chine communiste.

"C'est un moment sacré. Ceux qui vivent de chaque côté du détroit de Taïwan sont comme les membres d'une même famille. Survoler le détroit pour se rendre à Taïwan, c'est comme revenir à la maison. Cela fait du bien", s'est félicité le président de China Airlines, Liu Shaoyong. Plus de 700 Chinois devaient rallier vendredi Taipei depuis notamment Pekin, Shanghai, Canton. Des voyageurs taïwanais devaient également s'envoler pour la Chine depuis plusieurs aéroports de l'île.


"C'était mon rêve de visiter Taïwan et il est exaucé aujourd'hui", a déclaré l'un des touristes, Shi Anwei, à l'agence officielle Chine nouvelle avant de décoller de Canton. "J'étais trop surexcité pour m'endormir cette nuit", a-t-il dit. Les autorités taïwanaises avaient déroulé le tapis rouge et prévu des festivités traditionnelles pour accueillir leurs hôtes.

Réciproquement, un vol de la compagnie China Airlines a décollé à 07H30 avec 297 touristes taïwanais en direction de Shanghai. Huit autres vols sont programmés vers Pékin, Canton et Xiamen (sud-est). Plusieurs de ces villes comptent une importante communauté d'affaires taïwanaise. Au total, 36 vols allers et retours hebdomadaires (lundi au vendredi) sont prévus.

Les liaisons directes entre les deux parties avaient été interrompues depuis la fin de la guerre civile en 1949. Les Taïwanais qui souhaitaient se rendre sur le continent devaient transiter par un pays tiers ou Hong Kong. L'atmosphère entre Taïwan et la Chine s'est réchauffée depuis l'arrivée au pouvoir en mai du président Ma, qui s'était engagé à améliorer les relations avec Pékin.

A la mi-juin, lors des premières discussions directes entre la Chine et Taïwan depuis 1995, leurs émissaires avaient signé à Pékin des accords prévoyant la mise en place des vols réguliers entre leurs territoires ainsi qu'un plus grand accès de l'île aux touristes chinois.

La Chine est le premier partenaire économique de Taïwan, avec un volume d'échanges l'an dernier de 102 milliards en dollars. Les communistes chinois, qui ont chassé le gouvernement nationaliste du Kuomintang vers Taïwan en 1949, considèrent l'île comme partie intégrante de la Chine et ont menacé d'intervenir militairement si ce territoire déclarait son indépendance.

- Par Amber WANG - AFP -

page rank

30 juin 2008

Un sanctuaire pour les oiseaux à Taiwan !!



Malgré une industrialisation et une urbanisation rapides, Taiwan conserve une faune et une flore sauvages immensément riches. Les sommets, les forêts, les estuaires et les marécages de l'île abritent une incroyable variété de plantes et d'insectes. Cette diversité incomparable explique la présence dans l'île de plus de 450 espèces d'oiseaux qui séjournent ici de façon permanente ou non. Après Madagascar, c'est à Taiwan que l'on rencontre le plus grand nombre d'oiseaux au kilomètre carré.

Le Congrès ornithologique international a mis sa base mondiale des oiseaux à jour en février 2008, et l'organisation attribue maintenant à Taiwan 23 espèces aviaires endémiques. BirdLife International a pour sa part identifié ici 53 Zones importantes pour la conservation des oiseaux (IBA) qui couvrent au total 18% du territoire. Les IBA sont de tailles variées, depuis le refuge de l'îlot du Chat, dans l'archipel de Penghu (Pescadores) qui fait 36 ha, jusqu'à Nengdan, un ensemble de 134 000 ha situé dans la chaîne de montagnes centrale.


Peu de Taiwanais savent reconnaître le notodèle à queue blanche, la mésange montagnarde ou la nymphée fuligineuse qui attirent les ornithologues au refuge de la vie sauvage de la Nantzuhsien, dans le district de Kaohsiung, mais ils ont en général tous entendu parler de la petite spatule, un élégant échassier au plumage blanc qui tire son nom de son long bec noir aplati en son extrémité. L'oiseau est aujourd'hui étroitement associé, dans la con science populaire, au site de Chiku, le village côtier du dis trict de Tainan où elle hiverne. L'endroit est maintenant plus célèbre pour ses visiteurs ailés que pour les salinières qui y étaient autrefois la principale activité économique.

En 1992, cet oiseau migrateur a été classé parmi les espèces « en danger » par l'Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles. Dix ans plus tard, le ministère de l'Agriculture a créé un habitat de la vie sauvage à Chiku, avec une zone de 300 ha spécialement réservée aux spatules. Cette décision, et bien d'autres efforts consentis au cours des années, ont permis de les sauver de l'extinction. En 1988, seulement 288 pe tites spatules avaient été aperçues en Asie de l'Est, alors qu'en 2007, elles étaient aux alentours de 1 700.





La pirolle de Taiwan, un oiseau endémique, fréquente le Parc national de Yangmingshan, dans les hauteurs de Taipei.


« Nous avons eu beaucoup de succès à Chiku, dit Mark Wilkie, un enseignant originaire d'Afrique du Sud et un amoureux des oiseaux. C'est en grande partie grâce au soutien de la population locale, qui trouvait également un intérêt à garder la zone dans un état "semi-naturel" pour ses activités de pêche et d'aquaculture. Nous avons eu de la chance, au fond, que la survie économique des riverains ait été menacée par le développement. En l'occurrence, les pêcheurs et les oiseaux ont été de bons partenaires. »

Autre projet qui vise à renverser la tendance, l'établissement d'une zone protégée à Kuantien, dans le district de Tainan, afin d'abriter une autre espèce menacée, le jacana à longue queue. Selon A Guide to Threatened Birds in Taiwan, un ouvrage de Fang Woei-horng paru à Taipei chez Owl Publishing, il y a actuellement entre 25 000 et 100 000 jacanas à longue queue à travers toute l'Asie. Toutefois, à cause du recul de son habitat naturel, à la fin des années 90, on en comptait moins d'une centaine à Taiwan et cela malgré son classement dans les espèces protégées dix ans plus tôt, en 1989.


Sauver le jacana était devenu une question de fierté en 1997 pour le district de Tainan qui a adopté l'oiseau comme mascotte. On s'est beaucoup inquiété pour lui au moment de la construction de la ligne du train à grande vitesse entre Taipei et Kaohsiung, car celle-ci traverse, à Hulupi, un marécage de 2 200 ha où les jacanas ont pris l'habitude de se retrouver. Les écologistes ont vite réagi, et en 1997, un comité pour la défense de ces jolis oiseaux était formé. En utilisant les subventions fournies par le consortium du train à grande vitesse, un refuge d'une superficie de 15 ha a pu être délimité dès 2002. Résultat, le nombre des jacanas observés dans la région a plus que doublé entre 2000 et 2004. Un autre facteur a contribué au succès de ce projet : l'implication de la population locale. Depuis 1998, en effet, les agriculteurs de la région peuvent prétendre à une récompense de 10 000 à 20 000 dollars taiwanais pour tout oisillon de jacana découvert dans leurs champs.

Le recul de leur habitat naturel est assurément la première des menaces pour les oiseaux, mais la chasse reste un problème aussi. Simon Liao, le directeur exécutif de la Société de Taiwan pour une écologie durable, souligne que le risque de disparition est particulièrement grand pour certaines espèces, victimes des braconniers. « Lorsqu'il ne reste plus que quelques spécimens, on n'est pas à l'abri d'une catastrophe naturelle, par exemple, qui fasse disparaître l'espèce. Il est donc important d'éduquer le public sur la raison pour laquelle les mesures de conserva tion sont prises. »


Le faisan de Swinhoe, endémique lui aussi, est assez rare.Mark Wilkie cite l'exemple du busautour à joues grises.



Dans les années 60 et 70, tous les ans au mois d'octobre, ces faucons étaient décimés alors qu'ils migraient vers les Philippines en passant par le district de Pingtung, dans le sud de l'île. Lorsque ce carnage fut signalé en 1979, les écologistes et les amoureux des oiseaux crièrent leur colère et leur inquiétude. « La question a pris une dimension internationale, en englobant le Japon [où les busautours étaient exportés pour leur plumage] , si bien que les pouvoirs publics ont été obligés d'agir, raconte l'ornithologue amateur. Heureusement, le massacre a largement été stoppé. Mais il y a une certaine amertume à Manjhou [dans le district de Pingtung] vis-à-vis de la façon dont l'affaire a été traitée. D'après ce qu'on m'a dit, les habitants pensent que les pouvoirs publics et le Parc na tional de Kenting n'ont pas fait assez pour promouvoir [le tourisme local parle biais de] l'observation des faucons. »


La petite spatule et le busautour à joues grises sont peut -être en sécurité à Taiwan aujourd'hui, mais l'avenir de la brève migratrice est moins certain. Connue en chinois sous le nom d'« oiseau à huit couleurs », cette dernière est présente en plusieurs endroits de l'Asie, dont Taiwan.
L'un de ses sites de nidification favoris est une région de rivières, de gorges et de montagnes du district de Yunlin. Scott Lin, chercheur à l'Institut de recherche sur les espèces endémiques de Taiwan, qui a étudié l'oiseau, le décrit comme « largement distribué [mais avec] des populations réduites et des exigences d'habitat naturel très spécialisées. » En fait, certaines estimations portent sa population mondiale à 2 000 spécimens seulement.


Une journée pour les ornithologues amateurs dans la réserve naturelle de Kuandu, près de Danshui, dans le nord de l'île.


Huben, un hameau dépendant de Linnei, fait sa communi cation touristique autour de l'observation de cet oiseau migrateur qui peut être aisément photographié. L'endroit est aujourd'hui autant associé à la brève migratrice que Chiku à la petite spatule, et un terrain de plus de 2 000 ha y a été déclaré IBA. Malheureusement, une partie significa tive de la zone pourrait se retrouver sous les eaux prochainement : s'il est mis en œuvre, le projet de retenue de Hushan implique l'inondation de 200 ha de forêts. Mark Wilkie, qui s'est rendu avec Scott Lin à une conférence en Corée du Sud en février dernier, afin d'y faire une présentation sur la brève migratrice, explique que ce chantier « frappera au cœur » la zone de nidification de l'oiseau.
Les partisans de la retenue cherchent à atténuer son impact écologique. Une lettre du directeur de la Conservation de l'eau au ministère de l'Economie, reprise le 2 juin 2007 sur le blog des militants écologistes qui combattent le projet, indique qu'entre 2 000 et 3 000 brèves sont observées à Taiwan chaque année, et que seulement 30 à 40 d'entre elles le sont dans la zone qui sera immergée. Mais Scott Lin et Mark Wilkie soulignent que le danger vient aussi de l'extraction du gravier qui sera utilisé sur le chantier, car ces excavations menacent l'habitat naturel d'au moins 105 espèces d'oiseaux, dont la torquéole de Formose, considérée elle aussi en danger d'extinction, et le faisan de Swinhoe.
La fréquence accrue des reportages consacrés à la faune aviaire dans les médias insulaires met en lumière à la fois l'intérêt et l'inquiétude croissante des Taiwanais pour sa survie. Dans les cercles internationaux également, ce n'est plus un secret pour personne que Taiwan est un paradis pour les amateurs d'oiseaux, et de plus en plus d'ornithologues étrangers viennent ici explorer ces richesses.



Steven Crook©Steven Crook, 2008

PHOTOS DE YEH MING-YUAN / GIO


page rank

23 juin 2008

Grand Bal du samedi 12 juillet 2008.

Un grand silence sur mon blog, cause déménagement, je suis passé de Taoyuan city à Taoyuan county.
J'ai migré dans une grande maison de 4 étages avec vue sur les rizières et, les petits oiseaux le matin au réveil. Nous en reparlerons avec photos.
Pour le moment, nous sommes en préparation avec l'Association des Français de Taiwan, dont je suis le trésorier à cette grande fête du 14 juillet qui pour des raisons de calendrier est le samedi 12 juillet.
Le site de l'Association :

http://www.taiwanaccueil.com





page rank

03 mai 2008

Le shopping des Taiwanais "Shin Kong Mitsukoshi"

Promotion sur les cosmétiques dans un des magasins de Shin Kong Mitsukoshi.

Une coutume chinoise veut que le jour du Nouvel An lunaire, on revête des vêtements neufs et qu'on prépare des cadeaux pour ses proches une façon de s'assurer la chance à l'aube de l'année qui commence. C'est donc une période particulièrement chargée pour les commerçants, car c'est avant cette fête que s'effectuent de nombreux achats importants.


Les centres commerciaux et grands magasins en profitent pour organiser de grandes campagnes promotionnelles destinées à tirer parti au maximum de l'euphorie générale. Tout le monde, en effet, jeunes et vieux, hommes et femmes, se précipite à la re cherche de bonnes affaires. Les grands magasins sont évidemment une destination prioritaire pour ceux qui ont envie de défaire les cordons de leur bourse.

« Les promotions du Nouvel An chinois sont pour nous un événement capital », confirme Shauna Lee, directrice adjointe des ventes promotionnelles de Shin Kong Mitsukoshi Depart ment Store. Nous consacrons énormément d'efforts à la préparation des biens et services exclusifs à proposer à nos cli ents pendant les fêtes. » Les magasins de cette chaîne, leader dans son domaine à Taiwan, sont parmi les plus fréquentés à cette époque de l'année.


Le Nouvel An lunaire n'est pas la seule grande date du calendrier pour le secteur : de grandes opérations promotionnelles qui durent en général entre 20 et 30 jours marquent également la fête des Mères et le festival de la Mi-Automne, en particulier. L'accent est aussi mis sur la nouveauté et l'originalité de l'offre. « Les produits que nous vendons alors sont sélectionnés avec soin afin que nos clients ne puissent trouver les mêmes ailleurs. » Shauna Lee ajoute que, même lorsque les marchandises ne sont pas coûteuses, elles doivent toujours être bien présentées et avoir une certaine distinction.


Première chaîne de grands magasins à Taiwan, Shin Kong Mitsukoshi a ouvert son premier site à Taipei en 1991. Neuf ans plus tard, le groupe inaugurait un mégastore dans la ville de Taichung, dans la partie centrale de Taiwan, un investissement qui s'est traduit dès 2003 par un chiffre d'affaires annuel de 9 milliards de dollars taiwanais. En 2002, Shin Kong ouvrait à Tainan, dans le sud de Taiwan, son plus grand magasin, avec 22 000 m2 de surface. Aujourd'hui, le groupe en possède dix et est particulièrement fier de ses installations dans le quartier Hsinyi, à Taipei. Composé de quatre bâtiments où sont référencées les plus grandes marques de la mode et des cosmétiques, l'ensemble a contribué à transformer d'anciennes friches urbaines en un des quartiers les plus huppés de la capitale.


Lee Kuang-jong, directeur pour Taiwan de Pacific Sogo Depart ment Stores, a un avis différent concernant les ventes promotionnelles qui sont largement couvertes par les médias. Pour lui, ce n'est pas très sain de concentrer son attention sur une période d'un mois. « Nous dirigeons des magasins pendant les 365 jours de l'année, pas seulement pendant 20 ou 30 jours, dit-il. Si nos clients ne venaient faire leur shopping chez nous que trois fois dans l'année, nous ne pourrions pas maintenir nos activités à une si grande échelle. »


page rank

Ratings and Recommendations by outbrain